galerie

galerie

Galina Kouznetsova

Née à Ivanovo grande ville industrielle a 200kms au Nord-Est de Moscou, avec son mari Dimitri, voilà deux artistes qui, nous arrivant du froid, ne doivent pas spécialement se sentir mal à l'aise sous nos latitudes.

Dès l’école, elle a le gout du dessin et de la peinture auquel s’ajoute celui de la science, de la technique. Ces deux dernières disciplines la conduisent à l’université qu’elle quitte un diplôme d’informatique en poche ! En parallèle, elle fréquente plusieurs ateliers de peintres russes où elle étudie l’art, la manière de peindre, perfectionne et développe son talent dans les ateliers d’artistes russes reconnus.

Lors de son arrivée en Suisse, Galina est très impressionnée par la montagne. Cette fois-ci, en solo, c’est elle-même qui pilote ses pinceaux et se laisse envoûter par les beautés qu’elle découvre. Elle ne se contente pas d’observer d’en bas ! Sa jeunesse, son cran, sa volonté, sa recherche de l’absolu l’incitent à se lancer dans la randonnée, puis à se mesurer au rocher, et à passer des nuits à la belle étoile. C’est ainsi que de l’aube au crépuscule, l’artiste devient le cristal reflétant, par sa peinture veloutée et fluide, un amour pétrit de respect et de modestie qui vient du plus profond d’elle-même.

Membre de la Société des Peintres de Montagne depuis 2012

Dominique Noirot, 2013

Dimitri Kouznetsov

Dimitri né à Moscou en 1960 est installé en Suisse depuis 1998. Très tôt initié à l’aquarelle par son grand-père il est venu, sous l’influence de Galina, à la peinture à l’huile figurative qu’il pratique avec autant de sérieux que la photographie sur film argentique qu’il développe lui-même. La boucle est bouclée… l’artiste est complet. Avec son épouse, ces deux artistes branchés sur la même fréquence artistique se considèrent comme complémentaires l’un de l’autre avec leur propre sensibilité, ce qui provoque parfois des débats enflammes sur l’analyse, la critique de leurs travaux respectifs.

Amoureux fou des Alpes suisse ou savoyardes il s’intéresse à la modeste couleur des rochers, aux lueurs parfois aveuglantes des glaces et de la neige. L’eau turquoise des lacs, la sombre masse des forêts d’épicéas où de mélèzes l’enchantent autant que Galina. Sur le terrain, ce sont les pochades, les photos d’étude qui seront plus tard exploitées parfois en grand format dans leur atelier. Son épouse plus preste a saisir ce qui doit être saisi bouscule parfois son peintre de mari moins audacieux dans ses interprétations !

Captivé par l’œuvre de van Ruisdael, d’Alexandre Calame, d’Albert Bierstadt, Dimitri Kouznetsov a rejoint, avec son épouse la famille da la S.P.M. en 2012

Dominique Noirot, 2013